PATRICE KAIKILEKOFE

Avec PAULA BOI, c’est l’un des principaux fondateurs du Grand Siapo de Nouméa, polyvalent, musicien et plasticien, sa vie est jalonnée de projets qui le mènent en exposition d’Australie à la Nouvelle-Zélande dont il garde une forte empreinte. Il s’allie à MICHEL TUFFERY, autre jeune figure de l’ART MAORI CONTEMPORAIN. Celui-ci est un peu pour la Nouvelle-Zélande ce que DENNIS NONA est pour l’Australie Insulaire.. Lors de ses études Patrice rencontrera sa compagne ELA TOMAGA, également artiste néo-zélandaise d’origine samoane. Ainsi, le réseau SIAPO s’étend sur les îles telles que le Vanuatu, Fiji, Samoa… 2012, huit artistes du SIAPO se préparent pour le prochain FESTIVAL DES ARTS DU PACIFIQUE prévu en juin à HONIARA.

Cliquez ici pour voir la vidéo (Interview PATRICE KAIKILEKOFE) 

Patrice Kaikilekofe est né en 1972 dans la commune de Dumbea en Nouvelle-Calédonie issu d’une famille de neuf enfants d’origine de Wallis et Futuna. C’est en lycée à Bourail qu’il découvre la sculpture puis poursuit à l’ECOLE D.ART DE NOUMEA. Il y rencontre ses compagnons de toujours (d’autres artistes en herbe) tels RICHARD DIGOUE, MICHELINE NEPORON, DENISE TIAVOUANE etc… Patrice, jeune homme curieux et profondément ancré dans cette culture néo-calédonienne en pleine mutation ira poursuivre ses études à Wellington dès 1990 où il tombe  gravement malade. En parallèle, il porte un fort intérêt à la culture maori et sa vision artistique restera partagée entre le monde polynésien, la culture kanak mélanésienne mais aussi calédonienne. Il sera soigné à Sydney puis suivra les traces de son aîné, Raphaël et présenteront leur première expo en duo à la délégation de la Polynésie à PARIS en 1998 sur le thème « INSULAIRES », il est médaillé art et culture par la ville de Paris en 1999 avec l’artiste calédo-indonésienne DOMINIQUE ROUBIO et DENISE TIAVOUANE. déjà connue sur le territoire néo-calédonien à cette époque..

La formation musicale du SIAPO : « KALAGA » (Auto, Tyssia, Patrice)

Au cours des années 2000, une voix se fait entendre au sein de l’équipe du SIAPO NOUMEA, c’est celle de la chanteuse TYSSIA vue dans le festival « FEMMES FUNK ». Elle est aussitôt repérée. Cette rencontre fera partie des prémices du groupe musical « KALAGA ». Dès lors, le collectif se tourne vers les autres disciplines et connaît ainsi l’essor actuel de sa démarche à travers les arts diversifiés. TYSSIA, sa musique et sa notoriété sur le territoire vont également porter leurs fruits pour le SIAPO. Ses compétences hors discipline vont directement la propulser à Paris pour son travail artistique mais également pour le poste de Vice-présdiente du SIAPO FRANCE. SIAPO devient ainsi la toute première structure artistique du Pays (celle-ci déjà sur le terrain des pays du Pacifique anglo-saxon) à décentraliser officiellement mais surtout à développer ses activités en traversant le grand océan pour s’implanter sur le grand continent.

2 commentaires à propos de “PATRICE KAIKILEKOFE

  1. Bonjour,
    Je suis à la recherche du contact de Patrice Kaikilekofe, étant à la rechercher de renseignements concernant la communauté de Wallis et Futuna, je voudrais pouvoir lui m’adresser à lui de vive voix,
    En vous remerciant de votre aide,
    Bien cordialement,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*